Gigliola Ravenel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gigliola Ravenel

Message  Gigi Ravenel le Jeu 4 Mar - 1:09

Nom : Ravenel
Prénom : Gigliola
Titre/Surnom : Gigi
Age : 26 ans
Pouvoir/Arme : Volontà della Regina / Benedizione mortale
Faiblesses : Muette, phobie du feu
Objectif(facultatif) : Faire la volonté de la Regina Scalzite.
Devise (facultatif): Onore e Giustizia
Rôle/Travail : Fait partie du bras armé du couple Scalzite, spécialisée en priorité dans la punition des traitres et leur recherche.

Description mentale : Gigi sert l'ordre et la justice et elle les sert bien. Tellement bien que ça a tourné à l'obsession. Justice, honneur, elle ne pense qu'à ça tout le temps. Un meurtre ? Il faut réclamer vengeance, heu... Justice ! Et ceux qui ne montrent aucun honneur, les lâches, les fuyards, les faibles, ne méritent que ses crachats en cas d'innocence et la mort en cas de culpabilité. Gigliola n'est donc pas gentille. Ni méchante d'ailleurs. Ces concepts la dépassent totalement. Facile quand on a des valeurs aussi fondamentales. Son manque de liens facilite les choses, au moins elle peut rester de marbre et ne faillira pas. Elle est évidemment quelqu'un de très droit qui ne désobéit pas aux ordres. Encore une fois facile, puisque les ordres concordent généralement bien avec ses valeurs. Plus difficile quand ses souverains lui ordonnent d'épargner un lâche qui a tué plusieurs personnes. Mais elle s'y plie, elle n'a pas le choix. Qui est elle pour décider de la Justice ? La Regina a la suprême connaissance à ce sujet, évidement. Vous l'aurez deviné, Gigi est aussi très loyale. Intraitable quand il s'agit de sa ville.
La jeune femme est aussi assez discrète, ce qui n'est pas difficile avec son handicap. Mais au delà de ça, elle n'est pas très remarquable par ses actions. Faciès neutre quatre vingt dix pour cent du temps, elle ne se prend pas non plus pour un ninja. Gigi se serait plutôt le garde caché derrière le trône, celui qu'on ne regarde pas mais que l'on craint un minimum.
Curieusement, Gigi est aussi un peu snobinarde. Elle ne considère pas les autres comme des moins que rien, ou ne se considère pas supérieure à eux. Ils sont juste dénués du moindre intérêt à ses yeux. Sa froideur n'a laissé qu'une brèche. Un jeune homme qui a le même poste qu'elle et qu'elle peut considérer comme un ami. Mais elle ne rit pas avec lui non plus, n'exagérons pas. Elle lui a juste permis de rester près d'elle, d'être un soutien et de lui demander de lui accorder une de ses épaules pour pleurer.

Description physique :
Gigi est assez grande pour une fille. Un mètre soixante douze, sans compter ses semelles compensées. Sa manière de se tenir ainsi que sa démarche sont très raides. Pas un bras ballant, la tête droite, la cadence rythmée, rapide et sans hésitation. Son corps filiforme renforce cette impression, tout comme les vêtements qu'elle porte : serrées jusqu'à la taille, cols jusqu'aux joues bien fermés le long du cou, amples à partir des hanches et pas plus haut que le mollet. Son visage tranche assez avec ce corps fin et subtilement musclé. Assez arrondi au niveau des joues, un menton en triangle, des yeux larges, un nez discret et une bouche fine ainsi que petite. Ses iris sont d'un pâle violet, qui donne facilement l'impression d'être du rose. Elle possède de longs cils fins et clairs, ces deux dernières propriétés atténuant les effets de la première. Sa peau pâle d'apparence fragile est rehaussée naturellement de rose sur les pommettes et ses lèvres sont également pâles. Sans maquillage, la lèvre inférieure est légèrement plus foncée que la lèvre supérieure. Ses paupières ont une très légère teinte mauve et à la place de cernes, ce sont des trainées rouges.
Gigliola a un style vestimentaire assez uni et uniformisé aussi. Blanc, blanc et blanc. Elle adore son grand manteau serré, aux manches longues légèrement évasées à partir du poignet et qui lui recouvre la main jusqu'aux jointures. Son col incroyablement droit se referme facilement sur son nez si le besoin s'en fait sentir. Les attaches du vêtements sont en simili argent et en forme de crochets. Par dessous, elle porte des corsets blancs à lacets (mais parfois noirs aussi, ce qui reste assez exceptionnel) qui lui servent tout autant de soutien gorge (pratique). Un niveau en dessous, il s'agira de pantalons moulants en coton rentrés dans des bottes qui arrivent sous le genou. Blanches à lacets elles aussi, elle disposent de semelles assez hautes et d'un niveau plat.
En ce qui concerne maquillage ou bijoux, inutile de s'attarder. La demoiselle ne se farde pas et ne porte que les insignes de son rang.
A si ! J'aillais oublier ses cheveux. D'un blond blanc, courts et hérissés. Leur texture est fine, légère, car elle a un super shampoing. Elle laisse une certaine longueur autour de son visage, mais c'est étudié pour ne pas lui cacher la vue. En revanche, elle peut s'en servir pour masquer ses traits avec un peu d'habileté.

Histoire :
Gigliola Ravenel, c'est d'abord un numéro à dix chiffres. Immédiatement abandonnée par sa mère dont elle ignorera tout à jamais, l'enfant fut abandonnée dans un linge à peine propre devant les portes d'un orphelinat. Sans nom, sans information, sans vêtements, rien qu'une grosse couverture pour la protéger de la petite brise printanière de l'après midi. La patronne de l'orphelinat commença par ouvrir un nouveau dossier. Donc, numéro. Le lendemain, il lui fut trouvé un prénom. L'enfant n'avait que quelques jours, peu importait qu'elle l'aime ou pas. Ce fut donc Gigliola. Ces compagnons d'infortune eurent tôt fait de la surnommer Gigi, ce qui lui convenait parfaitement. Petite fille turbulente, on découvrit bien assez tôt qu'elle était muette. En revanche, elle savait parfaitement voir et écouter, ainsi que communiquer par d'autres moyens. Ni elle ni ses amis n'apprirent jamais la langue des signes mais elle savait fort bien faire passer ses idées.
Alors qu'elle avait une huitaine d'années, un jeune noble et sa femme du secteur est l'adoptèrent. Passons les détails classiques et inintéressants. Chez ses parents adoptifs, Gigi se trouva d'abord fort désappointée. Enseignement rigoureux pour rattraper le temps perdu, engueulades, réceptions, robes pas pratiques du tout. Au départ elle se rebella et se demanda pourquoi ce couple l'avait choisie elle. Mais la vérité lui apparu assez vite. En faisant ses explorations un jour où elle séchait l'algèbre et l'histoire de l'art, elle tomba sur un coffre fermé à clef dans le grenier. Un vieux cintre lui permit sans trop de mal de passer cette insupportable barrière et elle put découvrir un trésor. Un trésor ayant appartenu à une autre. Des jouets, des vêtements... Et des photos en quantité. Le couple avait eu une enfant avant elle. Qui lui ressemblait un peu. Les mêmes cheveux blancs, la même peau pâle, comme sa mère, la même bouche sévère que le père... Sauf que contrairement à elle, cette fille semblait tellement distinguée et heureuse avec ses parents. Son âge ? Entre six et dix ans. Gigi en avait onze. Elle se sentit coupable et redevable. Elle avait eu la chance d'être adoptée par une famille riche qui lui accordait un enseignement riche et toute la fierté dont elle pouvait avoir besoin en apparence.
A dater de ce jour, Gigi devint sérieuse et serviable. Bon, parfois elle ne pouvait s'empêcher d'aller fouiner et courir dehors dans des robes hors de prix qui se tâchaient de vert, mais sa mère ne l'engueulait plus. Elle avait plutôt un sourire tolérant pour cette pré adolescente qui avait toujours vécu dans la camaraderie et qui avait besoin de se défouler. Cela parut donner des idées à son père qui engagea le maître Alighieri, spécialiste en arts du combats. Enseigner les armes à une fille n'était pas une habitude dans la famille, mais cela fonctionna. Gigi put canaliser toute son énergie et elle apprit une discipline de fer. De là, elle en vint à repousser les avances des jeunes impétueux qui ne la satisferaient pas entièrement. Gigi trouva une affection particulière pour le bâton, dont elle appris tous les secrets (enfin, tous ceux que son maitre connaissait). Jusqu'à ce jour de ses dix sept ans où elle dépassa le maitre. Un jour glorieux qui engendra la disparition du maître d'armes. Il partit au combat et personne ne le revit plus. Un an plus tard, Gigi, la nouvelle Gigliola si raide et glaciale, qui faisait malgré tout la joie de ses parents, entra au service de la Regina. En quelques mois, elle se découvrit un don bien particulier.
Son statut d'orpheline fut remis au goût du jour quand des agents qui se disaient au service de l'Inconnu ne trouvèrent rien de mieux que de s'infiltrer dans le secteur est et d'assassiner quelques nobles. Bien que personne dans les hautes sphères ne fut dupe de la revendication, la haine pour l'Inconnu ne fit que grandir. Gigliola fut d'abord désespérée de cette mort, comme tout être humain elle pleura et pensa au suicide. Mais cela lui apparut bien vite inutile et hors de propos. Elle devait lutter pour l'ordre et la justice. Elle ne décevrait pas la mémoire de ses parents. JUSTICE. HONNEUR.

Ville d'origine : Alaga
Ville d'habitation : Alaga
Entraînement au combat : Par maître Giorgio Alighieri, son prédécesseur aujourd'hui décédé (ou en ermitage à l'insu de tous).
Type de combat : Bâton.
Langue maternelle : Italien
Code de validation : Validé =P
Description des armes : Son unique arme est un long bâton blanc aux extrémités recouvertes d'une plaque d'or. Son nom est Benedizione mortale. Long et lourd, il n'est véritablement maniable que pour ceux qui ont suivi un entrainement propre à cette arme.
Description du pouvoir : Volontà della Regina fonctionne d'une manière très peu technique. Cela dépend des convictions de Gigi. Lorsqu'elle est mise en difficulté et que cela met en péril sa mission, elle oublie toute forme de prudence à son égard et ne se bat plus que pour la réussite de son objectif actuel. A la condition que cela soit pour ne pas échouer à un ordre de la Regina ou du Principe, Gigi obtient l'aide d'une sorte d'esprit qui apparait à ses côtés et singe tous ses mouvements, doublant ses coups. Cet esprit qui n'existe que par sa volonté et son pouvoir a l'apparence de son ancien maître d'armes.
Partie précise de l'histoire (facultatif) :
Famille (facultatif) : Orpheline.
Amis (facultatif) : Un autre agent du bras armé des Scalzite.
Ennemis (facultatif) : A peu près tous les groupes, organismes ou familles qui ont perdu quelqu'un par sa main.
avatar
Gigi Ravenel
Nobile
Nobile

Messages : 1
Localisation : Alaga

Identity
Pouvoir: Volontà della Regina
Rôle/travail: Spécialisée dans la punition des traitres et leur recherche (au service de la Regina)
Langage: Italien (muette)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gigliola Ravenel

Message  Il Sconosciuto le Dim 7 Mar - 18:49

Ooooh, une jeune noble au service de mon ennemie jurée, enchanté.
Je te souhaite la bienvenue dans mon futur empire, en espérant que tu t'y amuseras. Ta candidature comme future victime est acceptée.

Il Sconosciuto

_________________
{La cape de ma nuit va assombrir votre ciel...}
The cloak of my night is going to darken your sky...
La cappa della mia notte va ad oscurare il vostro cielo...
Watashi no yoru no koto haanata no sora o kuraku surudeshô...
avatar
Il Sconosciuto
Admin / Ennemi de l'humanité
Admin / Ennemi de l'humanité

Messages : 10
Localisation : Partout à la fois

Identity
Pouvoir: Manipulation des Statues, Effacement de mémoire, Longue vie, Télépathie
Rôle/travail: Ennemi de l'humanité
Langage: Tous

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum